L'Ombre de Staline : une ode passionnante à l'intégrité journalistique

© Allociné

Ce matin, je me suis réveillé très tôt à l'idée d'enfin retourner au ciné, comme quand j'étais môme et que j'attendais que le réveil indique 7:00 pour me ruer au salon et regarder les dessins animés. Pour mon premier film post-confinement, j'ai choisi L'Ombre de Staline d'Agnieszka Holland... une riche idée !

Pensé comme un biopic linéaire nous contant l'histoire de Gareth Jones, conseiller en politique étrangère de David Lloyd George, Premier ministre britannique au début des années 30, le film nous plonge dans un univers paranoïaque et dangereux, où la justice et la vérité le cèdent à l'ambition personnelle et à la diplomatie politique.

Après avoir interviewé Hitler et Goebbels, notre jeune et apprenti journaliste compte bien se rendre à Moscou pour poser ses questions à Staline. Malgré les avertissements qui lui sont adressés, il va persister à vouloir découvrir la vérité qui se cache derrière le "miracle soviétique". Cette vérité, qui lui éclatera en plein visage, est dramatique : la famine ronge le peuple ukrainien, faisant des millions de victimes. 

Dit comme ça, ça ressemblerait presque au scénario d'un épisode de OSS 117. C'est pourtant d'une histoire vraie, ou plutôt d'une vérité historique, qu'il est question ici. Le pauvre Gareth Jones connaîtra d'ailleurs un destin funeste, largement écourté par son statut fraîchement acquis de lanceur d'alerte. Outre un récit passionnant – pour qui s'intéresse un tant soit peu à l'Histoire –, le métrage brille par sa photographie, sombre et très peu contrastée, qui confère à l'ensemble une ambiance inquiétante et glaciale, et rend de façon froide et brutale toute l'horreur contenue dans ces quelques années de l'histoire contemporaine. 

Ode édifiante à l'intégrité journalistique, L'Ombre de Staline jette une lumière glacée sur l'Holodomor, cette extermination intentionnelle par la faim dont ont été victimes les Ukrainiens, mais aussi d'autres populations soviétiques, entre 1931 et 1933. On parle ici de 7 millions de personnes, un massacre silencieux qui inspira George Orwell pour son roman allégorique et satirique La Ferme des animaux, puisque le fermier de l'histoire se nomme Mr Jones...


L'Ombre de Staline
, d'Agnieszka Holland
Avec James Norton, Vanessa Kirby, Peter Sarsgaard

En salles actuellement

Fin des articles