Festival Arabofolies : coup de projecteur sur la scène musicale du monde arabe

undefined 3 juin 2024 undefined 12h40

Guillaume Monnier

Comme chaque année, Arabofolies entend aussi bien mettre en avant les performances d'instruments acoustiques qu'électriques, le répertoire patrimonial que les créations originales. Une belle promesse qu'il partage aussi avec le festival Tunis sur Seine. En effet, Arabofolies a donné carte blanche sur les dates du 13, 14 et 15 juin à ce dernier pour s'occuper de sa programmation cette année. Un crossover entre festivals qui fait plus que sens puisque depuis 4 éditions, Tunis sur Seine s'attelle à faire découvrir les nombreux acteurs des scènes alternatives arabes.

Comme chaque année, Arabofolies entend aussi bien mettre en avant les performances d'instruments acoustiques qu'électriques, le répertoire patrimonial que les créations originales. Une belle promesse qu'il revient au festival Tunis sur Seine de tenir. En effet, Arabofolies a donné carte blanche à ce dernier pour s'occuper de sa programmation cette année. Un crossover entre festivals qui fait plus que sens puisque depuis 4 éditions, Tunis sur Seine s'attelle à faire découvrir les nombreux acteurs des scènes alternatives arabes.


Une programmation entre tradition et modernité

Coup d'envoi des festivités le 13 juin avec la projection du film documentaire Je reviendrai là-bas de Yassine Redissi (Tunisie, 2022) avant un retour à la musique. Le 14 juin, le trio parisiano-tunisien Bénarès s'associera au chanteur Slim Ben Ammar pour une performance entre folklore tunisien et pop. Le 15 juin, le duo Ÿuma partage la scène avec Kohhen El Kef pour un live entre rock, folk, blues et paysage visuel, poétique et sonore berbère.

Le dimanche 16 juin, le duo Sabîl invite Vincent Ségal pour un crossover entre percussions, oud et violoncelle. Le mardi 18 juin, place à l'instrumentiste et chef d'orchestre algérien Mohamed Abderrachid Seguini, dont la musique solaire et exaltante conquiert quiconque l'écoute en live. Le lendemain, Yara Lapidus fera tomber les frontières entre jazz, rock indé, musiques traditionnelles arabes et méditerranéennes, bossa nova...

Le closing de cette édition sera assuré par Serge Teyssot-Gay et Khaled AlJaramani. Ce duo franco-syrien fête à l'Institut du Monde Arabe ses 20 ans de carrière et la sortie d'un nouvel album. Un dernier concert riche de sens pour refermer cette édition. 

Où ça ? 
À l'Institut du Monde Arabe, 1, rue des Fossés-Saint-Bernard – 5e

Pour qui ? 
Pour celleux qui veulent découvrir la richesse des musiques traditionnelles et actuelles du monde arabe. 

Avec qui ?
Avec le festival parisien Tunis sur Seine en carte blanche sur les dates du 13 au 15 juin.

Pour faire quoi ?
Pour profiter de concerts d'exception dans ce magnifique bâtiment qu'est l'Institut du Monde Arabe. 

Ok, c'est quand ? 
C'est du 13 au 20 juin, avec des concerts dès 19h pour la grande majorité. 

Et combien ça coûte ?
Le prix des billets varie selon les événements. Bénéficiez de tarifs préférentiels spécial lecteurs du Bonbon en passant par ce lien

Encore des questions ? C'est par ici.