Rebeka Warrior lance son label dédié aux femmes, queers et transféministes de la musique électronique

  • La Rédac'
  • Events
  • Publié le 23 Septembre 2020 à 19h20
© Marie Taillefer

Jamais suffisamment représentées dans la musique, notamment la musique électronique, les femmes s’allient pour pallier ce manque et font même preuve d’inclusivité en se mêlant aux communautés LGBT+. Bel exemple avec Rebeka Warrior qui lance son label queer, transféministe, anti-raciste et résistant.

« Cette entreprise familiale (dont Rebeka Warrior se plaît à penser qu’elle est la mère) a pour volonté de responsabiliser et de faire réapparaître des valeurs au cœur de nos métiers. Rassembler techno, acid, hardcore, poésie nsonore, EBM, chanson mélancolique, musique expérimentale (…) sous un même drapeau noir. » C’est sur ces valeurs que naît WARRIORECORDS, premier label de Rebeka Warrior – que l’on connaît également sous les noms Sexy Sushi, Mansfield.TYA et KOMPROMAT. Après des années de carrière en tant qu’artiste, Julia Lanoë souhaite promouvoir son univers d’une manière différente.

 
« Une famille en OR avec un GROS karma »

Pour partager avec le monde sa passion, Rebeka Warrior a déjà prévu des releases tous les mois avec des noms pour le moins alléchants : Cassie Raptor, Moesha 13, Maud Geffray, Mansfield.TYA et Vimala Pons. Un casting 100% féminin réunit autour de formats variés : vinyles, mp3, podcasts, CD, K7, DVD « et pourquoi pas Minidisc si on veut vraiment couler la boîte ». Pour célébrer, des soirées seront également organisées avec des tarifs d’entrée suivant les moyens de chacun.e.

Le mot d’ordre, c’est donc le respect de l’artiste, mais aussi de la femme, du genre et des valeurs engagées qui sont aujourd’hui inévitables comme l’écologie. Une gamme de merchandising est ainsi créée avec Manifeste011, boutique de vêtements responsable et vegan de Paris. « Nous souhaitons agir, à notre échelle, en espérant que cette nouvelle structure ait un impact sur notre communauté. En fait, nous voulons juste redonner à la musique ses vocations premières : faire danser, penser, fédérer, pleurer et s’aimer. »

Fin des articles