Open Mode : cinq créateurs qu'il faudra suivre de (très) près en 2020

© Marie Morote

Ce week-end, Le Bonbon Nuit a passé une tête au festival Open Mode, qui mêle designers novices et confirmés et danse pendant trois jours de teuf ultra-colorée. Résultat, on a repéré pour vous cinq créateurs qu'il faudra garder à l'oeil en 2020.

 
Nous vous annonçions l'événement dans cet article, l'Open Mode regroupe le temps d'un week-end des dizaines d'acteurs de la création aussi avant-gardistes que responsables : la part belle a été faite à l'upcycling, qui peuplait une grande partie des stands. Le parrain de cette troisième édition n'était autre que le designer Manish Arora, maître de la broderie et des looks bien déjantés (une des dernières artistes en date ayant porté ses créations, c'est Björk, c'est vous dire).

En écumant les différents corners, on rencontre donc des créateurs qui nous en mettent plein les mirettes grâce à des projets fous. Certains sont venus présenter leur projet de fin d'année, c'était le cas pour plusieurs étudiants d'écoles comme l'ESMOD, les ateliers Chardon-Savard, Mode Estah et LISAA qui sont également partenaires de l'événement. 

Boris Tardy 

Du technicolor tuné, un faux-air de Jacquemus et un futurisme kitsch s'entremêlent dans les créations de Boris Tardy, qui réfléchissent la notion d'appartenance à un style et une communauté. L'étudiant à Chardon Savard a déjà créé sa propre marque de maroquinerie, Miyette, qui possède tous les ingrédients d'un futur label à succès. A suivre de près. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Miyette (@miyette) le

Ayoub Moumene pour R.E.W. Studio 

R.E.W. pour Refuge Engaged Wear : cette marque qui se qualifie de "streetwear couture" est unisexe et minimaliste. S'inspirant de la rue, R.E.W. s'inspire l’artivisme qui s'est développé aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne depuis 1999. Cette forme d'expression vise à faire prendre conscience de problèmes politiques à travers la création artistique. On y voit du layering en veux-tu en voilà, des pièces complètement dingues (ce panneau "sortie" sur une sorte de boîte en plastique qui fait office de sac restera dans les mémoires) et des silhouettes qui ressemblent davantage à des sculptures : Ayoub Moumene, le directeur artistique du studio, suscite l'émotion. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par REFUGE ENGAGEDWEAR STUDIO (@r.e.w_studio) le

Pingfang Tsai 

Quatre ans d'études à l'Atelier Chardon Savard, un stage en tant que D.A. chez Tara Jarmon et une autre carrière d'ingénieur en maths et en physique plus tard, Pingfang Tsai fait le pont entre arts et sciences au sein de ses collections. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Pingfang TSAI 艸? (@pftsaii) le

Patricia Alvez pour Amor.Dust 24 

On a rencontré la photographe et styliste Patricia Alvez et en plus d'avoir une patte stylée, elle a l'oeil pour repérer les pièces qui font la différence : c'est pourquoi sur son compte Instagram Amor.dust24, elle a créé un vrai shop où l'on trouve une foule de lunettes et de bijoux bien loufoques. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Amor.Dust.Shop ??? (@amor.dust24) le

Michelle TSM 

Costumière, styliste, designer...Michelle TSM a plusieurs casquettes pour un maximum de style. Parmi ses créations, on note le maillot de foot couplé avec une robe de tulle, le maillot ras du cou orange, la jupe en tulle et le gilet pare-balles : le contraste est à son paroxysme.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par MichelleTSM (@michelletsm_) le

Et pour encore plus de jeunes designers à suivre, consultez cet article dédié à cinq jeunes créateurs parisiens découverts à l'Open Mode 2017.

Fin des articles