Faudra-t-il porter un harnais pour être cool en 2020 ?

© Pulp Fiction

Tremblez, pratiquant.e.s du sexe vanille, le harnais en cuir, en latex ou en plastique a tout pour fleurir sur tous les torses en 2020. 


Au même titre que tou.te.s les non-gothiques ou non-adeptes du style militaire ont commencé à porter des Doc' (moi la première), le harnais commence à inonder Instagram et bientôt les chaumières de France et de Navarre. À porter par-dessus un T-shirt ou un pull, ils ont ce "twist" cher aux magazines féminins en quête de frisson au cours d'une journée 9-17 passée au bureau à écrire des potins sur Nabilla en culpabilisant de s'enfiler des chocolats (source vérifiée). Petit point théorique : le harnais, ce sont ces sangles qui viennent enserrer à la fois le bassin et le torse de la personne. Si les sangles n'enserrent que le bassin, on parle d'un baudrier. Point d'escalade ici, on tire plutôt l'inspiration d'une session Péripate que d'une séance de grimpe à Fontainebleau. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par ???? ??? ?????? © (@nine.surmesure) le

En 2019, Timothée Chalamet s'était pointé aux Golden Globes vêtu d'un harnais Louis Vuitton, qu'affectionne également Virgil Abloh, directeur artistique des collections homme de la maison. Pour l'anecdote, Chalamet a déclaré par la suite ignorer totalement l'historique de l'accessoire, prétendant penser qu'il s'agissait d'un plastron. L'histoire ne nous dira jamais s'il avait raison ou tort. Hommes, femmes, aucun ou les deux, cet équipement initialement prévu pour y attacher une laisse pourrait bien être le chantre de la libération du vestiaire, si l'on prend en compte qu'il est un symbole fort de la culture gay - qui a forcément perdu de sa superbe en entrant dans les affres du mainstream. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Trendspotter + Stylist (@mosquerastylesyou) le

Demonia, sex-shop parisien spécialisé dans le sadomasochisme et le bondage, dont l'adage est un simple mais efficace "il n'y a pas de mal à se faire du bien" en commercialise un végan camel carrément abordable. Le shop, situé dans le 11e arrondissement, propose d'ailleurs tout un rayon végan à ceux qui veulent se faire du mal à eux, mais pas aux animaux. On y trouve ainsi une farandole de colliers de chien, de laisses en silicone, de cockrings et de baillons conçus sans faire souffrir un seul être vivant. Mais je m'égare. 

Le label londonien Fleet Ilya en commercialise depuis 2003, réussissant à faire le pont entre fétish et tenue de tous les jours, banalisant presque les oreilles de lapin oversized en cuir.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par FLEET ILYA ® (@fleetilya) le

Pas dit que vous vous preniez pas une réflexion en arrivant au bureau fièrement vêtu.e de votre harnais flambant neuf, qui vous donne l'air de sortir d'une after au Griesmühle. Mais finalement, qu'importe ? Le principal, c'est d'avoir l'air de sortir d'une sauterie tirée d'Eyes Wide Shut en évitant le mauvais remix de 50 nuances de Grey. Ce qui n'est pas une mince affaire, on vous l'accorde. 

Fin des articles