Baccus nous plonge directement en été avec son nouvel EP

La légende raconte que Baccus serait né de l'union d'un concombre et du soleil. © DR

À l’heure où l’été risque de fortement nous manquer cette année, un jeune artiste du nom de Baccus sort un EP aux couleurs du soleil et au groove qui nous transporte immédiatement sur le sable fin. Rêveurs plus que ravers ces derniers temps, on se devait de partager avec vous ce petit voyage en vacances, depuis chez nous.

Si les sorties ne sont pas rares en ce moment, ici au Bonbon Nuit, on cherche avant tout à promouvoir ce qui nous a touchés. C’est le cas du très juste EP Just Want You de Baccus, sorti sur le tout jeune label Groovytude Records, fondé par l’artiste ; un disque sobre en trois pistes pour deux originaux et un remix de Julenn sur le titre "Just Want You". Dans des tons très house, entre lo-fi, tech et minimale, Baccus nous plonge directement en été, celui des sessions bronzage, des verres de blanc bien frais au bord de l’eau et des couchers de soleil dans le son.
 

Du groove et encore du groove

Le producteur et DJ Baccus n’en est pas à son premier essai. Rencontré dans les clubs parisiens à l’époque de son duo Mancerow, Romain – de son vrai nom – fait désormais cavalier seul, a créé son label Groovytude Records et organise des teufs sur le toit de la tour Montparnasse ou dans la chapelle du Café A quand il ne passe pas son temps à produire. Originaire d’une région où l’on voit bien plus le soleil qu’à Paris, on ne s’étonne pas de retrouver cette ambiance (f)estivale dans sa musique.

On pense notamment au titre "Just Want You", entre basses bien rondes et synthés stabs énervés. Le titre plus doux "Keep On Moving" reprend les mêmes codes dans une version lo-fi qui rappelle ce qui se fait de mieux en la matière chez nos voisins britanniques ; une ambiance façon Lobster Theremin, aux tons des premiers Ross From Friends et Mall Grab… mais à la sauce Baccus.

À toute heure de la journée, au réveil comme au coucher, les accords et la voix suave de Romain nous obligent à remuer ne serait-ce que le petit doigt pour s’échapper un peu de notre routine.

Fin des articles