Blink-182 se reforme après 10 ans d'absence : bonne ou mauvaise nouvelle ?

Blink-182 en 1999 / ©DR

Oui ! Et non.

Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Que non, j’ai pas envie que l’un des groupes que j’ai le plus chéris pendant mon adolescence revienne ? Vous savez, ma réaction a été la même que la vôtre, j’ai hurlé « OH OUI » quand j’ai vu que blink-182 revenait dans sa formation mythique (Barker, Hoppus, DeLonge), que le trio sortait un nouveau single et qu’il allait entamer une tournée mondiale : comprendre que j’allais pouvoir mourir tranquille en les ayant vu au moins une fois en concert. Donc oui, bien évidemment que c’est une bonne nouvelle, il ne faut pas être blasé à ce point, il y a pire dans la vie, un proche qui décède, la guerre en Ukraine, la collection de chinos d’Éric Zemmour. Et je me souviens aussi que le chanteur Mark a récemment réussi à surmonter son cancer et que cette reformation est probablement un moyen de fêter ça avec nous, leurs fans. Merde, la vie est trop courte pour tirer la gueule, quoi.

Mais, comme vous, j’ai aussi eu un peu peur. J’ai continué à dérouler le fil de ma pensée et je me les suis imaginés sur scène, ces désormais papys du pop-punk, jouant leurs tubes que j’écoutais au collège dans mon baggy et mes Osiris D3, que j’entendais dans American Pie, film d’une autre époque, épaule contre épaule avec un – « c’est quoi déjà mon âge ? Ha oui » – mid-trentenaire qui, une fois le show terminé, rentrerait dans son 60 m2 à Lamarck-Caulaincourt se faire une petite infusion Saveur du soir avant d’aller coucher le petit et penser à la réunion produit du lendemain, 8h30 – « heureusement que je me suis avancé hier, bien joué Bruno ».

J’ai repensé à tous ces écœurants reboots cinématographiques ou ces comebacks musicaux plus ou moins légitimes, LCD Soundystem, AIR, ABBA, où pour chacun tu te réjouis mais te demandes aussi le montant du chèque qu’ils ont dû toucher pour ça, et le pigeon que ça fait de toi devant la crash barrière. N'avons-nous pas passé l'âge, comme on doit arrêter de jouer aux cartes Pokémon un jour ou de croire que cet été, c'est le bon pour reprendre le skate ? Et si leur concert, leur single étaient nuls, est-ce que ça écornerait l’image que j’ai encore d’eux, de leur musique et de l’amour que je leur portais et leur porte encore ? Réussiront-ils à me dégoûter d’eux-mêmes ?

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par blink-182 (@blink182)


Blink-182

En concert à l'Accor Arena (Paris) le 9 octobre 2023
Nouveau single "Edging" le 14 octobre

Fin des articles