Téma la taille du line-up : Peacock Society affiche une soixantaine de noms pour cet automne

© Geoffrey Hubbel

Behold ! L’excellent festival Peacock Society est de retour cet automne avec pas moins d’une soixantaine d’artistes mélangeant têtes d’affiche, scène locale et curation de scènes.

C’est l’un de nos rendez-vous préférés de l’été indien… et pas besoin d’aller se la péter à Arcachon ou en Normandie. Ça se passe juste ici, en bordure de la capitale, dans le super Parc de Choisy en plein air, pendant deux jours de teuf inoubliable. Peacock Society revient les 10 et 11 septembre et dévoile sa programmation, toujours plus monstrueuse, mais toujours plus réfléchie. Techno, house, hardcore, afro, bass music… on va en prendre pour notre grade – et peut-être ne jamais s’en remettre ?

 
Les meilleur·e·s pour le pire

Les têtes d’affiche se bousculent sur celle de Peacock. On vous en met quelques-unes juste là, histoire de saliver un peu d’avance : Peggy Gou, Anetha, Boys Noize, MCDE, Laurent Garnier, DJ Koze, FJAAK en live, VTSS…  Mais iels ne seront pas seul·e·s, car le festival a prévu ce qui se fait de mieux en matière de musique électronique, tant à l’international que localement, en faisant confiance à des collectifs de la capitale comme La Darude, Barbi(e)turix, 99Ginger et HAïKU, ou des artistes comme Sylvere, Roni, Rag, Mud Deep, Paloma Colombe et Vanille. Et encore, on ne vous cite qu’une poignée parmi la ribambelle de noms qui vont tout faire pour rendre ce week-end l’un des pires à essuyer pour nos pauvres petits corps.

Et comme toujours, Peacock Society installe ses 4 scènes : la Solar, mainstage, pour la house sous toutes ses formes, la Mirror pour la techno, la Nomad pour les plus grands sélectors et la Woody pour le hip-hop et la bass music. De quoi en perdre la tête à ne plus savoir où se trouver à l’instant T, et regretter – forcément – de ne pas avoir voulu marcher un peu plus pour s’enfoncer dans la masse.

Fin des articles