Berghain : nouveau cluster et fuite de données sur les participants après une soirée BDSM

  • Lisa B
  • News
  • Publié le 2 Novembre 2021 à 16h55
DR

Peu de temps après sa réouverture le week-end des 2 et 3 octobre, et malgré les nombreuses précautions prises par l’équipe du Berghain, le club a subi un cluster. Pour la seconde fois, divers cas corona ont été détectés. Et ce n’est pas tout ; il y a également eu une fuite de données privées à propos de l’identité des participants suite à une soirée BDSM dans le club.

Comme de nombreux médias allemands l’ont rapporté, le célèbre club berlinois Berghain a fait face à un second cluster depuis sa réouverture le week-end des 2 et 3 octobre. En effet, au moins 19 invités ont déclaré avoir contracté le virus mi octobre, après une soirée dans le club allemand. L'histoire vient de se répéter lors de la soirée BDSM « Friday Fuck 2-4-1 » du 15 octobre, après laquelle plusieurs cas de corona ont été détectés. Afin d'informer les autres participants de la soirée, le bureau de district responsable de Friedrichshain-Kreuzberg - où loge le Berghain -, a écrit un courrier circulaire. Le hic : la liste de diffusion était ouverte à tous les récepteurs du message, soit près de 150 destinataires. Cela signifie que tous ceux qui ont reçu le courrier peuvent voir les adresses électroniques des autres visiteurs de « Friday Fuck 2-4-1 ». 

La porte-parole du bureau de district, Sara Lühmann, a déclaré au « Berliner Zeitung » : « Nous tenons à nous excuser auprès des personnes concernées pour cela. Le suivi des contacts devient actuellement de plus en plus difficile en raison du nombre croissant de cas avec un assouplissement important des mesures SARS-CoV-2. Les employés subissent beaucoup de pression. » La porte-parole du quartier n'a toutefois pas sous-estimé l'importance de la vie privée des personnes qui se rendent notamment à ce genre de soirée (c’est d’ailleurs sur ce modèle du privé que le club se base, interdisant les photos à l’intérieur) et a assuré que les mesures nécessaires ont déjà été prises "pour qu'un tel incident ne soit plus techniquement possible".

Fin des articles