Cannabis : « Cette merde » ne sera jamais légalisée, selon Gérald Darmanin

  • La Rédac'
  • News
  • Publié le 14 Septembre 2020 à 17h25
On ne verra pas de sitôt cette belle petite plante arborer des comptoirs entiers de shop. © Add Weed / Unsplash

Comment faire quand on est un stoner et que le gouvernement s’acharne continuellement sur sa tronche ? On ne fait rien, on se cache, on reste chez soi et on continue à fumer comme si de rien n’était. Parce que les temps ne sont pas près de changer.

« Je ne peux pas […] dire à des parents qui se battent pour que leurs enfants sortent de l’addiction à la drogue que l’on va légaliser cette merde. Et je dis bien cette merde. » Avec ses propos tenus dans un entretien au journal L’Union paru ce lundi 14 septembre 2020, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, est clair : la drogue c’est mal, m’voyez. Le cas du cannabis en France n’évoluera pas de sitôt avec le gouvernement actuellement en place, lui qui fait déjà l’objet d’un retard quant à son utilisation thérapeutique.

 
« La loi de la République, c’est l’interdiction des drogues »

Face au buzz qu’a récemment fait le maire (LR) de Reims Arnaud Robinet en décrétant qu’il souhaitait expérimenter sur sa ville la légalisation du cannabis, le ministre de l’Intérieur n’a pas hésité à montrer son mécontentement, malgré « [son] estime pour lui ». Arnaud Robinet avait demandé un « vrai débat pour étudier les conséquences d’une légalisation de vente », lors d’une lettre envoyée au Premier ministre le 8 septembre dernier.

Pendant ce temps, alors qu’autorisée par le gouvernement il y a presque un an, l’expérimentation dans la médecine devait commencer dès le début du mois de septembre. Pourtant repoussée, elle n’aura lieu qu’à partir de 2021, sans certitude que le mois de janvier fixé soit bel et bien respecté. Impossible de savoir si le gouvernement va un jour changer d’avis sur le cannabis, tout en ayant conscience qu’il s’agit d’un marché se chiffrant en milliards d’euros qui pourrait bien faire du bien aux caisses de l’État. Un pas en avant, trois pas en arrière.

Fin des articles