Des chercheurs ont prouvé qu’une bonne ventilation pourrait permettre aux clubs de rouvrir

  • Lisa B
  • News
  • Publié le 4 Novembre 2020 à 17h16
@Badaboum Paris

Au temps du Lockdown 2.0 – qui a poussé à la fermeture de la quasi-totalité des espaces publiques, commerçants et culturels –, des chercheurs allemands ont mené une enquête sur la compatibilité entre ventilation et propagation du virus. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça redonne de l’espoir.

On connaît bien la chanson depuis le temps ; les concerts, festivals et spectacles sont tous interdits, et les restaurants, pubs, bars et clubs doivent impérativement rester fermés, car chacun de ces acteurs présente un trop grand risque de propagation du virus. Pour autant, des chercheurs allemands de l'université Martin-Luther de Halle-Wittenberg ont cherché à prouver le contraire, à travers une expérience menée en août dernier. En collaboration avec le musicien Tim Bendzko, les chercheurs ont rassemblé des milliers de volontaires pour un concert qui s’est dédoublé en différents scénarios de distanciation et d'hygiène. Une façon de bien vérifier les différents risques et moyens de propagation.

Une ventilation haute technologie pour sauver la fête ?

Le but principal de l'expérience était de découvrir « comment les différents concepts de ventilation dans les scénarios affectent la propagation du virus dans l'air ». Autrement dit, les (grands) événements peuvent-ils finalement avoir lieu dans des pièces fermées, si le risque d'infection est réduit au strict minimum ?

La réponse de l'étude est : oui ! Les chercheurs ont découvert que la haute technologie de ventilation est un facteur crucial dans les lieux recevant des événements festifs. Tant qu'une régulation systématique de l'air frais est possible, le risque d'infection peut être réduit au minimum, explique Stefan Moritz, chef du département des maladies infectieuses à la clinique universitaire de Halle. Une condition préalable à cela est le strict respect des règles d'hygiène et de distance (y compris le port du masque) ; autrement, même le système de ventilation le plus moderne ne suffirait pas. 

Une étude qui mérite d’être encore poussée, et d’être communiquée au-delà du territoire allemand !

Fin des articles