Covid-19 : la jauge de 75% officiellement levée dans les clubs et boîtes de nuit

  • Lisa B
  • News
  • Publié le 12 Novembre 2021 à 14h46
@Badaboum, Paris

La mesure imposée aux clubs et boîtes de nuit, en vigueur depuis juin 2020, consistait à réduire leur capacité à une jauge de 75%. Hier, jeudi 11 novembre, le gouvernement a officiellement levé cette restriction.

Le secteur de la fête, - notamment des discothèques, des clubs et des salles de concert accueillant du public debout - a été particulièrement affecté par la crise sanitaire, puisqu’il est le seul à avoir été contraint à une fermeture sans interruption pendant près d’un an, contrairement aux lieux de culture mais aussi aux bars et restaurants. Lorsque les clubs et boîtes de nuit ont enfin pu rouvrir leurs portes à leur public, ce fût un énorme soulagement. Néanmoins, une restriction supplémentaire fût imposée ; celle d’une réduction de la jauge à 75%, ce qui poussa certains clubs à rester fermer tout l’été, période creuse oblige. De fait, ouvrir avec une jauge limitée à cette période de l’année aurait été une perte d’énergie et d’argent pour beaucoup, à l’instar du Badaboum, du Rex club ou du Djoon, pour ne citer qu’eux. Si de fait l’activité du secteur a réellement repris à la fin du mis d’août, ce n’est qu’hier, jeudi 11 novembre, que le gouvernement a officiellement levé cette restriction. 

Le ministère de la Culture a cependant précisé à l'AFP que cette jauge n'était déjà plus obligatoire dans "80%" des départements début novembre, évoquant donc une simple "clarification" par la mesure annoncée ce jeudi. La décision intervient au moment où le taux d'incidence a augmenté de 44% au cours de la semaine passée, atteignant 90 nouveaux cas pour 100.000 habitants, comme le précise Santé Publique France dans son dernier point épidémiologique publié hier. « La cinquième vague a commencé en Europe, au Royaume-Uni, en Allemagne, où plus de 30 000 nouveaux cas supplémentaires sont enregistrés chaque jour », avait en effet relevé le chef de l’Etat Emmanuel Macron mardi soir. Affaire à suivre, en espérant que le scénario cauchemardesque d’une fermeture totale des clubs ne se répète pas d’ici tôt.

Fin des articles