Défoncé, un dealer envoie son menu par texto à... la police

© DR

Sombre histoire que voilà pour ce jeune homme qui aurait dû se rappeler ce bon vieil adage qu’on a de cesse de répéter : il ne faut jamais consommer ce que tu vends, encore moins au moment où tu vends.

  
Tout commence lorsque Martynas Benosenko, jeune homme de 22 ans plein d’espoir et rêvant d’avenir, a la bonne idée de se faire une petite réserve de pilules magiques et pochons de poussière de techno pour se payer une nouvelle bécane. Embarqué au Leeds Festival 2018 dans la ville du même nom, il profite pleinement de son séjour de fêtes, joint à la main. Défoncé comme jaja, l’ambiance est à son comble et une envie pressante de faire de l’argent le soulève. Martynas attrape son téléphone, prospecte un coup et envoie son menu à quelques numéros intéressants ou intéressés… Sauf un. Celui de la police.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Jee singh (@ohjeezart) le

Morale de cette histoire ? Que dalle. Martynas s’est fait coffrer. Forcément. Après avoir constaté toute l’étendue de son potentiel, la police, impressionnée, a trouvé une quantité de cocaïne pure à 94% équivalente à 3 500 euros, de la MDMA, de la kétamine et des cartes de visite – très professionnel. Martynas avait tout pour être le dealer préféré de notre dealer préféré, mais finira au trou, jugé coupable la semaine dernière – deux ans après ses méfaits – par la Leeds Crown Court et condamné à un peu plus de trois ans de prison. Son avocat aurait déclaré : « Ça lui a pris alors qu’il était complètement défoncé… Il pensait que ça allait être une bonne idée, sans avoir la moindre idée de ce que cela impliquait. »

On le félicite.

Fin des articles