À Paris se tient le festival du film le plus gore d'Europe

Vous ne le saviez peut-être pas, mais c'est en France, à Paris plus précisément, que se tient pour la 6e année consécutive le festival cinématographique le plus gore d'Europe. Son nom : le Sadique Master Festival. On a rencontré Tinam Bordage, le fondateur de ce Cannes de l'hémoglobine.


Il paraîtrait que les séances cinéma du Sadique Master sont totalement orgiaques. Ces terribles allégations sont-elles vraies ?

Effectivement, l'ambiance dans la salle est souvent assez décomplexée, ça change des festivals de cinéma traditionnels. Le Sadique a une identité extrême et transgressive, tout le monde vient avec cet état esprit, ce qui en fait un phénomène des plus singuliers.

Il paraît qu'en plus des films, on peut y voir des culs et boire de la bière...

Niveau bière, on est équipés d'une tireuse à bière sur place. On peut aussi ramener son propre alcool que l'on peut boire entre ou pendant les séances. Alors pour cette histoire de cul, notre public est déluré et enthousiaste, donc oui, certaines personnes n'hésitent pas à se dénuder pour détendre l'atmosphère...

Ces importants détails étant réglés, quelle est la ligne éditoriale du Sadique Master ?

C'est le cinéma extrême qui nous intéresse, sous toutes ces formes, que ce soit des courts-métrages, des longs... que la violence soit gore, graphique, radicale. Notre truc, c'est d'éclater les tabous, encore une fois, on est dans la transgression.

On peut dire que le Sadique Master est le festival le plus gore de France ?

Oui, clairement. D'Europe, même !

Pour toi, c'est quoi les films les plus hardcore dans ta sélection ?

En court-métrage, j'aime beaucoup Ego te absolovo (I absolve you) du Péruvien Diego Mezarina. Et puis, en long, il y a le génial The yearning of Maria D. de l'Allemand Marian Dora. C'est beau, c'est déviant, c'est sans compromis. Venez les voir !

Qui sont les membres du jury ?

Laurent Courau, qui a monté le site La Spirale.org, Alt 236, qui a une chaine YouTube de grande qualité, et Lucio Massia, un réalisateur de films extrêmes.

Vont-ils délibérer à poil ?

Non, mais ça, c'est vraiment une idée à creuser. Si les membres du jury veulent passer un moment d'intimité entre eux, pourquoi pas !

Dernière question et non des moindres : faut-il t'appeler "maître" lorsque l'on te croise au festival ou pas ?

Je ne pense pas que ce soit nécessaire.

Merci Tinam !


Sadique Master Festival

Cinéma les 7 Parnassiens
16, rue Delambre – 14e
Du 13 au 15 mars

Fin des articles