Le streaming musical en chute libre depuis le confinement

En chute libre on vous dit, comme Patrick Swayze dans Point Break (Kathryn Bigelow, 1991)

Si comme nous vous faites aussi partie de ceux qui profitent du confinement pour chiner moultes pépites à droite à gauche, vous serez surpris d'apprendre que nous sommes une minorité. L’industrie du streaming musical devient toute pâlotte. 

Pour nous ça coulait de source ; l’isolement causé par la propagation du coronavirus allait pousser les gens à écouter deux fois plus de son dans leur salon. Que nenni, le streaming musical est en déclin total à travers le monde entier. À commencer par l’Italie, qui a vu l’utilisation des plateformes de streaming musical baisser de 23 % depuis le début de leur confinement. Gros coup dur pour Spotify notamment, dont les 200 chansons les plus diffusées dans le pays sont passées de 18,3 millions d’écoutes par jour en février 2019 à 14,4 millions aujourd’hui. 


Vers une nouvelle consommation du streaming musical

Même son de cloche pour les États-Unis, où la plateforme Spotify a vu ses 200 chansons les plus écoutées baisser à 77 millions d’écoutes le 17 mars ; soit près de 14 millions de streams en moins comparé à la semaine qui a précédé le confinement général. Le média Quartz parle d’une chute de 2,4 % en France, 10,5 % au Royaume-Uni et 12,7 % en Espagne.

Cette étude permet d’expliquer la consommation musicale en streaming des gens du monde entier ; on aurait pensé tout logiquement que les gens allaient mettre plus de musique chez eux, mais c’est en fait tout le contraire. Quartz rapporte ainsi que « les jours les plus populaires pour le streaming sont le vendredi et le samedi, quand les gens sont plus susceptibles de sortir ». Les plateformes de streaming musical sont ainsi davantage sollicitées durant des moments d’oisiveté, mais aussi durant les moments en transport (train, métro, avion, bus, vélo…).

Ce phénomène sera donc un peu coûteux pour l’industrie musicale, les revenus de streaming représentant près de la moitié de tous les revenus de l'industrie musicale en 2019, selon l'association IFPI.

Fin des articles