Suisse : les clubs autorisés à accueillir 1000 personnes par le gouvernement

Au D! Club de Lausanne, on s'amuse déjà comme des petits fous et on ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. © Jean-Christophe Bott

Bonne nouvelle : si chez nous, c’est la merde, du côté de nos voisins helvètes, on est fin prêts à s’amuser comme il se doit. Direction la Suisse donc, où les clubs ont rouvert il y a une semaine, et dont la jauge vient d’être augmentée.

Vous pouvez venir à 1000 si l’envie vous en prend. Le gouvernement suisse a autorisé et validé les réunions allant jusqu’à 1000 personnes, et ce pour les évènements en extérieur comme en intérieur. Une partie des clubs avait déjà rouvert la semaine dernière, et des soirées avaient réuni jusqu’à 300 personnes. Le mot d’ordre ? Pas de distanciation sociale, pas de règles si ce n’est le port du masque, au bon vouloir du public qui s’engage de lui-même à se présenter et se comporter en personne saine.

 
Ils sont fous, ces Helvètes !

La deuxième bonne nouvelle dans cette histoire, c’est que la Suisse a rouvert ses frontières avec les membres de l’Union Européenne pas plus tard que lundi 15 juin dernier. Ce qui veut dire que l’on peut d’ores et déjà prendre la route direction l’Helvétie pour s’éclater en club et profiter d’une ambiance qui nous manque grandement (et qui risque de nous manquer encore un bon moment).

Si l’on peut faire rentrer 1000 personnes dans le club, il faudra néanmoins se séparer en groupes de… 300, toujours sans distanciation, mais pour tout de même limiter le risque au maximum. Le couvre-feu a même été levé, autorisant les établissements de fête, les restaurants et bars à ouvrir jusqu’à leur fermeture habituelle. Les évènements à plus large échelle ne sont eux pour l’instant pas concernés et attendent encore de connaître leur sort. En attendant, c’est peut-être l’occasion d’aller passer un super week-end à Lausanne, au tarif approximatif d’Ibiza (on est allé vérifier, pour l’instant les billets de train sont à 130 € aller simple et on connaît le coût de la vie outre-Jura). Ça tombe bien, puisque du côté des Baléares, ça pue.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par D!Club Lausanne (@dclublausanne) le

Fin des articles